Comment négocier son salaire ?

De nombreux candidats ont du mal à aborder la question du salaire d’entrevue. Ne sachant pas quand ou comment lancer le sujet, ils l’abordent d’une manière maladroite et prennent le risque de se brunir.

A lire en complément : Comment préparer son entretien annuel ?

J’ ai vu de nombreux processus de recrutement échouer en raison de mauvaises négociations salariales.Souvent, cependant, ce n’est pas le montant négocié qui est le problème, mais surtout la façon dont le sujet est traité. Une erreur dans le calendrier ou un manque de transparence peut mener à l’échec de l’une ou l’autre partie à recruter.

Même s’il n’y a pas de règle ou de vérité absolue sur ce sujet, il rassemble des dimensions (reconnaissance, émotion, situation personnelle…) voici quelques règles qui peuvent vous aider à bien préparer le sujet, à le traiter au bon moment et à vous adapter à une négociation refusée.

A voir aussi : Comment faire un plan de carrière ?

Tout d’abord, la négociation n’est pas improvisée. Avant l’entretien, soyez clair avec votre niveau actuel de rémunération et la rémunération disponible sur le marché.

Pour tout savoir sur la négociation et avoir les bons outils pour trouver un emploi en moins de 2 semaines, rejoignez le programme « The perfect kit to find a job » =====>>>> https://lescale.io/kit-parfait-trouver-un-job

Soyez clair avec votre niveau de rémunération actuel

Prenez le temps de mettre sur papier le montant exact de votre rémunération actuelle.

Reprenez l’intégralité de votre paquet actuel avec tous les éléments fixes ainsi que les éléments variables. ( Considérez seulement ce que vous avez réellement perçu au cours des années N et N-1. Mentir de manière exagérée sur les montants variables affectés peut vous mettre dans des situations difficiles).Ajoutez aux avantages que vous recevez , tels que les placements en actions, un véhicule d’affaires, ou un congé supplémentaire.

Si vous pensez que votre rémunération actuelle est en contradiction avec le marché, préparez des arguments concrets pour en parler :

  • Si vous êtes au-dessus de la fourchette de rémunération proposée mais que vous ne voulez pas que ce soit un frein, vous pouvez spécifier : « J’étais expatrié et puis est revenu », « J’ai déménagé rapidement dans mon entreprise »,
  • Si, inversement, vous êtes en dessous, « Je cherchais à m’installer dans la région à ce moment-là. J’ai donc accepté de réduire mon salaire, » »l’expérience a été très intéressante pour moi malgré le salaire. »

Si votre réponse est bien préparée, le recruteur verra que vous êtes à l’aise avec ces éléments et qu’il sera plus confiant d’entamer une négociation potentielle.

En savoir plus sur les salaires

Les échelles salariales proposées peuvent varient en fonction de la taille de l’entreprise, de l’emplacement ou de la répartition des prestations de rémunération.

Afin de pouvoir avoir autant de points de comparaison lorsque vous discutez du sujet, vous pouvez vous renseigner à l’avance sur les salaires de votre métier et/ou secteur d’activité :

  • Interviewer des personnes de confiance et solliciter votre réseau pour interagir avec des personnes travaillant dans l’entreprise ou le secteur ciblé.
  • Étudier des offres d’emploi similaires,
  • Utiliser les études de rémunération des entreprises de recrutement,
  • Comparer les salaires qui vous concernent sur des sites dédiés : Glassdoor (https://www.glassdoor.fr/Salaires/index.htm), The Fair Wage (http://www.lejustesalaire.com/) ou APEC Simulator (https://www.apec.fr/tous-nos-outils/simulateur-de-salaire.html#?xCplt=criteres),
  • Utilisez un consultant en recrutement si vous passez par une entreprise. Il sera assez objectif en termes de rémunération, marge de manœuvre possible et situation du marché. Ne l’évanouis pas !

Soyez clair au sujet de vos demandes de salaire

Le recruteur vous demandera nécessairement, à un moment quelconque de l’entrevue, quelles sont vos revendications salariales sont.Pour éviter d’être perturbé, calculez précisément et en amont ce que vous voulez obtenir sur votre futur emploi.

  • Souhaitez-vous une augmentation par rapport à votre niveau de rémunération actuel ?
  • ,

  • Combien de plus avez-vous besoin en fonction de vos contraintes ?
  • ,

  • Votre futur poste va-t-il entraîner un déménagement ? Plus de voyages ? Plus d’heures (et peut-être plus de frais de garde d’enfants) ? Acheter une voiture ?
  • ,

  • Le périmètre du poste sera-t-il différent ? Est-ce que cela conduira à plus de responsabilités ?

Enfin, posez-vous la question de votre salaire plancher. (Le salaire en dessous duquel vous ne descendrez pas).

J’ ai reçu beaucoup de candidats qui ont couru sur des postes avec des salaires inférieurs en disant que l’argent n’était pas leur principal moteur. Toutefois, lorsque les contraintes financières ont repris, ils se sont rendu compte qu’il y avait encore un minimum « vital » en dessous duquel ils ne pouvaient pas aller.

Rappelez-vous que le salaire est une forme de reconnaissance. Si nous pensons que nous payons en dessous de notre valeur, nous prenons le risque de ne pas être investis dans un projet à long terme.

Une bonne négociation est celle où les deux parties sortent gagnant.Le recruteur doit être persuadé de payer le bon prix et vous devez obtenir le bon salaire.

Ne donnez pas de fourchette

En entrevue, parler à l’aide d’une fourchette de rémunération, surtout si elle est large, ne reflète pas une réelle réflexion sur le sujet.

Aussi, rappelez-vous que le recruteur essaiera toujours de prendre le moins de risques possible. Si vous dites que vous voulez une rémunération de 45 à 49€, il n’y a aucune raison pour le recruteur de partir avec 49€ . Imaginez la même situation dans la vie quotidienne : « Bonjour, combien coûte ce pull ?  », « Entre 30 et 40€ », « OK, super, je le prends pour 30€ !  ».

Raisonnement plutôt en termes de minimum : « Je voudrais au moins 45,000€ ».

( Toujours parler en brut annuel avec un recruteur).

Et si vous voulez absolument répondre par une plage (parce que vous vous sentez plus à l’aise), il est important que le salaire que vous recherchez soit dans la gamme basse.

Préparez vos arguments

« Pour l’employeur, vous représentez un certain coût mais une cotisation incertaine. Il ne peut pas savoir à l’avance si votre contribution sera positive, encore moins la quantifier. »

  • Allez-vous permettre à l’entreprise d’augmenter ses revenus ?
  • Vous allez l’aider à réduire ses coûts,
  • vous allez éviter les erreurs ?…

Pour certains postes, il est assez facile à évaluer, pour d’autres beaucoup moins.

Au cours de l’entrevue, vous devrez montrer que vous êtes une personne qui apportera des ressources.

Énumérer vos avantages différenciants (portefeuille de clients, vaste réseau dans une industrie, maîtrise du logiciel ou du langage, diplôme ou certification…).

Comme nous l’avons vu précédemment, mettez également en évidence un éventuel changement du périmètre de votre poste ou de nouvelles contraintes (supervision d’équipe, déplacement, changement de statut…).

Vous devez avoir tous ces arguments à l’esprit avant l’entrevue afin que vous puissiez exposer au bon moment et ne pas les ajouter progressivement au cours du processus de négociation.

Attendez le bon moment

Il est très désagréable pour un recruteur d’entendre un candidat augmenter ses demandes à mesure que le processus de recrutement progresse ou de renégocier son salaire une fois la proposition faite.

Idéalement, la négociation du salaire se fait à la fin du processus de recrutement ou, au moins, lorsque l’entreprise vous a choisi et pas un autre.

Pendant l’entrevue, et tout au long du processus, décodez les signaux positifs qui montrent que le recruteur veut aller de l’avant avec vous.

Par exemple :

  • Il vous demande votre date de disponibilité,
  • Il parle de prendre des références,
  • Il détaille les avantages de la société,
  • Il dit « nous »,
  • Il utilise le « quand » au lieu de la « si »,
  • Il vous fait visiter la société,
  • Il vous présente aux gens.

Voici le meilleur moment de l’image pour commencer la négociation.

Prenez le temps d’étudier la proposition financière

C’ est ça ! Le sujet a été discuté, vous avez été en mesure de clarifier ce que vous demandiez. Malheureusement, la société est revenue à vous avec une proposition financière en dessous de vos attentes.

Avant de répondre à quoi que ce soit, prenez votre temps pour l’étudier attentivement.

Décomposer la compensation proposée . Regardez la rémunération fixe et variable ainsi que les divers avantages financiers (dépenses, participation au capital, primes…), matériels (véhicule, ordinateur…) et immatériels (jours fériés…) .Parfois, la rémunération fixe peut être en contradiction avec vos attentes, mais le forfait global peut compenser un certain perte.

Ne prenez pas le refus personnellement . Parfois, il y a l’émotion, l’amour de soi, les besoins de reconnaissance ne sont pas satisfaits dans une augmentation de la demande. Essayez de revoir la situation objectivement.

Dernier point, rappelez-vous que c’est vous qui postulez pour ce poste et qui avez tous les éléments en main. Ce n’est donc pas votre conjoint, vos amis ou vos proches qui doivent prendre la décision finale.

Trouvez des alternatives.

Si vous n’êtes pas satisfait de la rémunération proposée, mais que vous voulez vraiment ce poste, pensez à un plan B.

Si votre interlocuteur est bloqué dans la négociation, surtout en raison des échelles salariales imposées en interne, essayez de négocier d’autres avantages (voiture, ordinateur portable, smartphone, pas de période d’essai, bonus d’arrivée, aide au déménagement, variable garantie, voyage dépenses, etc.).

Selon vos contraintes, pourquoi ne pas négocier à temps partiel ou le télétravail ? Vous demandez alors le même paquet mais avec des conditions de travail adaptées.

En tout cas, essayez de ne pas prendre une décision trop hâtive et de raisonner à long terme (perspectives d’évolution, évolution d’une situation personnelle, environnement de vie, projet…).

Si vous voulez être accompagné de manière concrète, efficace et amicale et vous donner tous les moyens de réussir dans vos entretiens, c’est ici :

https://lescale.io/kit-parfait-trouver-un-job

Sources : Obtenir une nouvelle position (Hervé Bommelaer) ; Comment trouver une situation, (Daniel Porot) ; Quelle couleur est votre parachute, (Richard N. Bolles)

Pour allerpl

Selon vos contraintes, pourquoi ne pas négocier à temps partiel ou le télétravail ? Vous demandez alors le même paquet mais avec des conditions de travail adaptées.

En tout cas, essayez de ne pas prendre une décision trop hâtive et de raisonner à long terme (perspectives d’évolution, évolution d’une situation personnelle, environnement de vie, projet…).

Si vous voulez être accompagné de manière concrète, efficace et amicale et vous donner tous les moyens de réussir dans vos entretiens, c’est ici :

https://lescale.io/kit-parfait-trouver-un-job

Sources : Obtenir une nouvelle position (Hervé Bommelaer) ; Comment trouver une situation, (Daniel Porot) ; Quelle couleur est votre parachute, (Richard N. Bolles)

Togo